08 janvier 2010

L'ENFER DES RÊVES INTERDITS : la collection GORE du Fleuve Noir


Tout d’abord, bonne année 2010 et merci pour votre fidélité et votre intérêt à propos de ce blogue.


Les mois se succèdent si vite que j’ai souvent l’impression d’avoir à peine rédigé la dernière entrée que, déjà, un nouveau texte doit être mis en ligne ! C’est encore le cas cette fois-ci, même si l’exercice est sympathique. Ce petit musée surréalisant continuera d’exister.


Récemment, j'ai eu l'occasion de prendre quelques verres à Montréal, avec la sympathique équipe de Brins d'éternité, ma compagne Ariane et mon grand ami Patrick. Comme souvent, Patrick et moi avions en main plusieurs livres marqués de l'aile de l'ange du Bizarre, que nous nous plaisions à faire circuler afin d'observer les réactions... entre autres ! Patrick avait un lot d'Elvifrance dont les titres ne manquaient pas de charmes (L'ENFER DES RÊVES INTERDITS, quand même). J'avais, pour ma part, déniché deux romans "gore" du Fleuve Noir qui ont bien fait rire les personnes présentes. Il est vrai que les couvertures et les titres sont parfois assez pittoresques (jugez sur pièce grâce à celles qui illustrent cette entrée).

Pour ce premier texte de 2010, j’ai donc choisi de m’attarder à cette collection qui ne manque pas de singularité. GORE fut publiée au Fleuve Noir entre 1985 et 1990 (l’éditeur Vaugirard prit le relais pour la dernière année). Le « gore » est ainsi défini dans le Robert : « Qui suscite l’épouvante par le sang abondamment versé ». La définition n’est pas bête ! Ce qui est surprenant, c’est toutefois que le gore soit devenu un genre…! Pas moins de 118 romans parurent sous cette bannière, réunissant des auteurs talentueux (André Ruellan et Georges-Jean Arnaud, quand même !), des traductions de l’américain souvent incomplètes et, parfois, des novelizations (La nuit des morts-vivants, 2000 Maniacs, Blood Feast, etc.).


J’étais un élève du secondaire au moment où parurent la plupart des titres de cette collection vouée à « l’horreur sans compromis ». Le projet éditorial ne donnait pas dans la dentelle ! On visait les sensations fortes, la révulsion et l’interdit…! Quelques-uns de mes camarades de classe achetaient de temps en temps l’un des livres en question. Je ne me souviens pas qu’ils m’aient jamais parlé du contenu – à mon avis, ils ne les ont pas lus, se contentant de montrer les pages couvertures hideuses aux filles pour les faire hurler. On notera que le romancier Roland Topor signa plusieurs d’entre elles. Les cris d’indignation étaient aussi provoqués par les titres des romans. Quelques échantillons : Blood-Sex (Carrément !), La mort visqueuse, Tu enfanteras dans la terreur, La tronçonneuse de l’horreur, Fureur cannibale et autres Autoroute du massacre. Le 4e de couverture se voulait provoquant, mettant généralement une phrase horrible en évidence par l’emploi de caractères de couleurs !


Comme dans le cas de certaines Série Noire, on retrouvait des détournements de titres célèbres dont certains étaient plutôt drôles : Les horreurs de Sophie, Le tour du monde en quatre-vingts cadavres, Les charmes de l’horreur, À la recherche des corps perdus. En ce qui concerne les « qualités littéraires » de cette collection, on se doute bien que c’était loin d’être la préoccupation première de l’éditeur. Le Fleuve Noir dut d’ailleurs interrompre sa publication parce qu’il croyait qu’elle « nuisait à son image de marque ».

J’ai eu l’occasion, au fil des années, de lire quelques-uns des livres en question. Certains étaient plaisants, notamment L’Équarisseur de Soho, de Norbert Moutier, un vidéaste français qui réalisa, dans les années 80 et 90, quelques séries Z en vidéo sous le pseudonyme de NG Mount, films pour lesquels il bénéficia de la présence de Howard Vernon, William Lustig, Jean Rollin, Michel Lemoine et quelques autres personnalités du « bis » européen. Moutier aimait réaliser, avec un budget infiniment modeste, quelques bandes délirantes aux titres amusants : Alien Platoon, Trepanator, Ogroff, etc. À lire son roman, on imagine aisément le film qu’il aurait pu en tirer.


J’avais également lu l’adaptation romanesque démentielle du film de HG Lewis 2000 Maniacs, un classique de l’horreur sixties. Ce film d’humour noir (à mon avis, le meilleur de son auteur) raconte comment de jeunes gens se trouvent piégés dans une ville dont la population entière les force à des jeux insensés qui ont pour but de les exterminer. La version « roman » en rajoute dans le politiquement incorrect pour un résultat rabelaisien…

Étrange témoignage d’une époque disparue (celle où les films gore s’entassaient sur les tablettes des vidéoclubs, témoignant aussi des avancées récentes en matière d’effets spéciaux), cette collection s’éteint au début d’une décennie charnière du Fleuve Noir, une époque où l’éditeur va d’errance en errance, pour des résultats encore intéressants, avant, hélas, d’aboutir à la décennie 2000 qui marqua la fin d’une époque – l’éditeur se spécialise maintenant dans les traductions de l’américain et dans les romans dérivés de séries télévisées… triste destin !

19 commentaires:

camilleespresso a dit...

Wooo je suis un fan des couvertures! c'est facile d'en trouver en seconde main?

Frédérick a dit...

Hello !

Merci pour la visite, le commentaire et la question. Je suis allé voir ton blogue que j'ai trouvé très sympa, d'ailleurs.

La collection GORE fut, pendant un moment, assez facile à trouver. Il y en avait des tonnes au MARCHÉ DU LIVRE, situé en face du terminus Berri. Hélas, ce commerce a fermé boutique... Depuis, c'est beaucoup moins fréquent, d'autant plus que les bouquinistes refusent sans doute d'acheter ces livres aux particuliers qui pourraient être tentés de les vendre (par crainte de ne pas pouvoir les revendre à leurs clients, sans doute). Il s'agit donc de s'armer de patience et de visiter les bouquinistes. Cela ne manque d'ailleurs pas d'un certain attrait !

Frédérick

camilleespresso a dit...

Merci ben!

Anonyme a dit...

GORE!!!

Nic H a dit...

On peut trouver certains livres de cette collection au Colisé du livres sur Mont-Royal (1809 Mont-Royal Est).

Ed. a dit...

Woouah !! J'en veux !

Frédérick a dit...

En effet ! J'attendrai donc vos commentaires au sujet de romans aussi fleur bleue que L'ÉCHO DES SUPPLICIÉS, COMME UNE ODEUR DE MORT ou SANG FRAIS POUR LE TROYEN ! Hauts les coeurs !

Salade d'endives a dit...

Ce blog demeure un lieu de refuge privilégié pour toute âme assombrie. Je voulais te remercier, cher Frédérick, pour tous ces trésors insolites que tu nous fais découvrir à chaque mois.

En passant, je te souhaites (en retard) une excellente année 2010 et j'espère que nous aurons la chance de nous y revoir pour partager à nouveau quelques bières (tout aussi insolites) dans ta majestueuse maison au fond de l'impasse :) !

Cheers !

-Félix

Frédérick a dit...

Salut, cher camarade !

Merci pour le commentaire. J'ignorais e que tu avais un blogue, que je suis allé lire avec beaucoup d'intérêt. On y reconnaît ton style particulier et punché. Il faut continuer !

Merci pour les encouragements à poursuivre, c'est très apprécié.

Tu es toujours le bienvenu ici, ce qui te permettra aussi de rencontrer Ariane, résidante permanente de la maison au fond de l'impasse, grâce à qui deux félins de plus parcourent les lieux. Tu me fais signe au gré de tes disponibilités !

El Loco a dit...

Bonjour,

Je découvre votre blog par le biais du "gore". J'y suis replongé, en ce moment, jusqu'au cou et m'en délecte plus enocre qu'à l'époque de leur parution.

Parmi les plus étonnants, je citerais (entre autres).

- La massacre (Axelman)
- L'écho des suppliciés (J. Houssinà
- Rêve de chair (J. Barberi / E. Jouanne)
- Monstres sur commande (E. Verteuil)
- Le festin séculaire (GJ Arnaud)
- Purgatoire (P. Pelot)

Mais je suis loin de les avoir tous lus !

Je me permets de mettre en lien une petite note en forme d'hommage :

http://www.lechasseurabstrait.com/infos/infos.php

Je vous suivrai !

El Loco a dit...

Oups ! Le lien vers le billet est, plus précisément :

http://www.lechasseurabstrait.com/infos/?p=728

Salutations,

pl

Frédérick a dit...

Bonjour,

Merci de votre message ! En effet, le passage du tout donne parfois un vernis nostalgique à ce genre de documents qu'on croyait avoir oubliés.

Je n'ai pas lu les livres que vous mentionnez, mais j'en connais la plupart des auteurs...

Merci pour le lien vers vos écrits et pour la petite visite !

jerem deff a dit...

Bonjour à tous
pour ceux que ça intéresse vraiment, j'ai la collection quasi complete (il ne manque de dix numeros et pas forcément les plus vieux) et je pense la mettre en vente depuis un certain temps...
Si besoin d'infos, envoyez moi un e-mail

Frédérick a dit...

Bonjour et merci pour votre message.

Afin d'aider les gens que la proposition intéresserait, pouvez-vous mentionner à quelle adresse email il est possible de vous contacter ?

Kerys a dit...

Il faut noter que la plupart des traductions étaient faites à la tronçonneuse (et je reste poli…) Gore s'est beaucoup fourni chez Hamlyn, éditeur qui bénéficia du retour du genre pour publier un peu tout et n'importe quoi (et surtout n'importe quoi !)

Romain Mallet a dit...

bonjour, je voulais vous signaler un éditeur indépendant, TRASH, qui compte pendre la relève; ils ont déjà sorti 6 tomes : http://trasheditions.blogspot.fr/

Frédérick a dit...

Merci ! Je me suis procuré les romans en question.

Souhaitons longue vie à cet éditeur.

Anonyme a dit...

Je viens de terminer l'Echo des Suppliciés, magistral, dégueu, super bien torché !

Frédérick a dit...

C'est en effet une lecture mémorable. Je poursuis d'ailleurs ma lecture des romans de la collection en cause, le dernier en date étant LA MORT VISQUEUSE de Shaun Hutson !