21 avril 2007

MAIS NE NOUS DÉLIVREZ PAS DU MAL


Si vous n'avez pas encore vu ce chef-d'oeuvre de Joël Séria, ruez-vous sur le DVD édité par MONDO MACABRO (qui contient la piste sonore originale française). Un must absolu, et l'un de mes films favoris.

6 commentaires:

Benjam a dit...

Damn... Y'a de ça quelques années, j'avais trouvé ce film à La foire du vidéo (époque Village); il était dans la vitrine sous la caisse enregistreuses, avec les raretés du moment. Étant abonné, j'avais pu le louer pour 1$.

Je n'avais pas trouvé ça si extra, et n'avais pas jugé bon de le copier. Toutefois, au fil des jours, le film est venu me rattraper, et quand je suis retourné à La foire pour réparer ma bourde, gone.

Content de savoir qu'il est sorti en DVD, qui plus est sous la bannière de Mondo macabro, qui traite le trash avec respect.

Frédérick a dit...

Bienvenue à bord, cher Docteur.

Pour moi, ce film est un grand poème lyrique, dont l'idée de base est très subversive (il fut d'ailleurs interdit en France). Les jeunes comédiennes, dont c'était le premier film, y sont remarquables, à mon avis. J'en aurais long à dire...

Ce visionnement fut un grand choc pour moi (en 96 ou 97), j'en ai rêvé toute la nuit, ensuite, et le film m'a hanté pendant des semaines.

L'édition de Mondo Macabro (titrée DON'T DELIVER US FROM EVIL) est restaurée, anamorphique, et contient, en outre, une entrevue récente avec Séria (le réalisateur) et Jeanne Goupil (l'actrice, devenue sa compagne ; elle a toujours le même regard et ce sourire très particulier).

Benjam a dit...

...ça y est, je viens de me rappeler quel film vu récemment m'avait remis Mais ne nous délivrez pas du mal en tête.

Il s'agit de À ma soeur!, film plutôt moyen de la plutôt moyenne Catherine Breillat, la comparaison se faisant surtout au niveau de "deux jeunes filles, la campagne, le blasphème, cette bien vilaine habitude de tenter les hommes,..."

J'imagine toutefois que la comparaison s'arrête là. Faudrait que je revois le film de Séria.

Et un autre film sur ma liste de films de fou, un !

Frédérick a dit...

Je ne suis pas, moi non plus, un fan de Breillat. Effectivement, par-delà certaines thématiques, à mon sens, Séria est beaucoup plus lyrique que Breillat qui, elle, est hystérique, névrosée et désabusée. Séria, c'est l'inverse, son film demeure, envers et contre tous, une illustration de l'amour fou des surréalistes et une célébration de la marginalité qui se veut aussi nuancée dans la façon de présenter la médaille et son revers...

Buko-san a dit...

Breillat.... Je m'en viens à la détester la pauvre petite. Aucun de ces films ne m'a plu et j'ai pourtant bien essayé, les sujets m'interessant, mais bordel.....

Pour le film de Séria, je me suis lancé sur ce DVD, mais toujours pas vu.... J'attend le bon moment. Viens-tu de le visionner en DVD ?! J'imagine le visionnement anthologique avec une copie aussi belle vu sur un écran adéquat. Ç'a dû te remettre le film en tête assez aggressivement.

Frédérick a dit...

Je n'ai pas revu le film sur DVD, l'ayant vu en VHS peu de temps avant cette parution... mais, en effet, dans ces conditions optimales, ça doit "en jeter".

J'attends encore, ayant visionné ce film très souvent...