12 juillet 2014

Quelques nouvelles

            
           Dans un ouvrage de référence sur les zombies au cinéma, Book of the Dead (FAB press, 2005), on trouve cet amusant extrait d’une critique du film Voodoo Man tirée du New York Daily : le film ne se contente pas de montrer des zombies, « it gives the impression of having been made by them ».
            L’affirmation en question pourrait presque qualifier ce blogue – davantage, je l’espère, à cause de son rythme de parution qu’à propos de son style. Néanmoins, puisque certains morts-vivants sont plus vifs que d’autres (revoyez L’avion de l’apocalypse du cinéaste italien Umberto Lenzi pour parfaire votre connaissance du domaine), qui sait ce que nous réservera l’avenir ?
            Malgré la poussière qui recouvre ce blogue, je reçois à l’occasion, dans les commentaires d’anciens billets ou dans les messageries de réseaux sociaux, des questions à propos de mes projets et autres parutions récentes ou à venir. Celles-ci sont à l’origine de cette mise à jour destinée aux lecteurs qui aimeraient en savoir davantage à ce propos.
L’année scolaire 2013-2014 a essentiellement été consacrée à des projets d’écriture puisque j’ai pris un congé sans solde. J’ai donc pu me consacrer à mes travaux d’écriture (littéraires ou journalistiques).
            L’occasion me fut donnée de participer au dernier numéro du fanzine français Médusa, consacré au cinéma de genre. Ce 25e opus de la publication dirigée par Didier Lefèvre est aussi solide qu’éclectique. Il s’agit du premier numéro entièrement en couleurs (une version noir et blanc existe aussi). Quelques pleines pages consacrées à des visuels attrayants permettent de prendre pleinement la mesure de ce changement, et, partout dans ce numéro, sont mis en valeur pavés de presse, affiches, photos et autres jaquettes d’époque.
Ce Médusa garde les qualités des précédents numéros : humour, érudition (dans un long article sur Clive Barker, entre autres, mais aussi dans diverses chroniques qui mettent à profit la spécialisation des rédacteurs), passion, verve et affection pour le « cinéma bis » sous toutes ses formes. Parmi les nouveaux rédacteurs, j’ai remarqué la plume de Claude Gaillard. Il a décidément du panache et un style personnel. Notons un bon article sur un cinéaste américain sympathique et relativement discret : John Landis, un entretien avec Eugenio Martin, un tour d’horizon des démarquages plus ou moins subtils du dernier film de Bruce Lee, Game of Death, quelques pépites de la série B grecque (dépaysant !), etc.
Médusa 25 contient une entrevue que j’ai réalisée avec Jean Rollin en 2007. J’y signe en outre diverses chroniques, notamment celle d’un ouvrage de Jacques Zimmer et de bandes comme l’improbable La Guerre du pétrole et plusieurs Jess Franco. À propos de ce réalisateur, le prochain numéro de Médusa (en préparation à l’heure actuelle) contiendra un long article (près de 50 000 signes !) que j’ai consacré aux longs-métrages de Franco produits par Harry Alan Towers. Ce dossier ambitieux m’a demandé beaucoup de travail. De même, pour ce numéro 26, j’ai longuement réfléchi à la pratique de la « chronique cinématographique ». Ces derniers temps, je me suis souvent fait la réflexion que trop d'articles « critiques », au sujet de la littérature ou à propos d’autres formes d’expression artistique, suivent une formule très conventionnelle et se résument à une recette souvent dévitalisée, exsangue et, il faut le dire, ennuyeuse ! J’ai gardé cette optique à l'esprit dans le contexte de mes chroniques destinées à Médusa 26 afin d’en faire des écrits… littéraires. Si le numéro 25 vous intéresse, je vous encourage à visiter la "petite boutique de Médusa".
 
            Comme certains lecteurs de ce blogue le savent sans doute, 2014 a vu paraître un ouvrage de référence dirigé par David Didelot : Gore. Dissection d’une collection. Il s’agit d’un regard nostalgique et très documenté sur la défunte collection de romans d’horreur publiée aux éditions Fleuve Noir entre 1985 et 1990. L’éditeur, Artus Films, se spécialise dans l’édition, sur DVD, de films cultes (souvent européens : westerns, films d’épouvante gothique, etc.). Cette première incursion littéraire est tout à fait probante, comme l’ont d’ailleurs signalé plusieurs médias, entre autres la revue Métaluna. Sur près de 400 pages, David et ses chroniqueurs (dont Ariane et moi-même) présentent et commentent chaque volume de cette mythique collection. L’ouvrage contient une multitude d’entrevues avec plusieurs auteurs qui participèrent à cette aventure éditoriale surprenante, mais aussi un grand nombre d’articles et de documents des plus intéressants : reproduction de matériel promotionnel ou de lettres, présentation de collections « rivales » et de celles qui préfigurèrent « Gore » ou en prirent la succession (avec de bons mots pour nos amis de La Maison des viscères). Le ton y est enthousiaste et la quantité d’informations, impressionnante. Impossible de ne pas sentir tout le travail, le soin et le perfectionnisme qu’y a mis David. Au-delà du propos spécifique du livre, on obtient par la bande un instantané de la littérature « populaire » des décennies 80-90, et on constate avec chagrin la détérioration du « marché du livre » depuis une dizaine d’années. Certains auteurs ont l’honnêteté de donner des chiffres de tirage et de ventes, par exemple, ce qui permet de se situer concrètement.
Un supplément non négligeable : l’article de David sur les projets destinés à la collection qui n’ont jamais vu le jour ou qui trouvèrent preneur ailleurs, parfois beaucoup plus tard. Ce « point de fuite littéraire » permet, en quelque sorte, d’ajouter des numéros imaginaires à la collection et de la prolonger. 
Poursuivant ma collaboration avec David, dont l’énergie est communicative, je serai au sommaire du prochain numéro de son zine Vidéotopsie, qui contient toutes les qualités de son livre sur « Gore ».
            Enfin, pour clore la section « journalisme », j’ai écrit un article qui paraîtra dans un ouvrage de référence québécois sur un sujet qui ne devrait pas laisser indifférent. J’ignore s’il m’est possible de rendre cette information publique pour le moment ; je laisse donc durer le suspense…

Du côté des fictions
           
            Le blogue permet aux lecteurs d’être tenus au courant de mon actualité littéraire (voir, à droite, la section « Publications » maintenue à jour). Si ladite actualité peut donner l’impression que j’ai passé une année marquée par un farniente béat qu’entrecoupa de temps à autre la rédaction de nouvelles, il n’en est rien, dans les faits (Ariane pourrait en témoigner !).
            J’ai travaillé sur plusieurs romans (tous terminés, sauf un, en cours, un projet ambitieux de roman « psychologico-fantastique » ; à mon grand regret, je n’aurai sans doute pas le temps de le finir avant la rentrée scolaire d’août 2014 – l’un des nombreux aléas d’une « profession littéraire » exercée en marge d’un autre métier). Ces romans inédits relèvent du fantastique occulte, du « thriller expérimental », de la littérature générale, etc.
À l’heure actuelle, rien n’est signé, d’où l’absence d’annonces à ce sujet. J’ai déjà fait part, sur ce même blogue, des difficultés que j’éprouve depuis quelque temps à placer mes derniers projets longs. Depuis 1997 (date de parution de mon premier livre), j’ai constaté des changements dans le milieu de l'édition, notamment cette habitude qu’ont prise plusieurs éditeurs (pas tous, heureusement, mais un nombre significatif quand même) de ne pas accuser réception des manuscrits… et de ne pas répondre à ces soumissions. L’auteur se trouve donc confronté à une incertitude des plus décevantes... et des plus démoralisantes, il faut le reconnaître. Rien de très valorisant, dirons-nous, à susciter un tel silence.
           Les manuscrits reçus sont forcément nombreux, mais une lettre-type, envoyée par courriel, réglerait la situation à peu de frais et rapidement. Sans accusé de réception, comment savoir si le manuscrit a bien été reçu ? Sans verdict, comment savoir s'il est encore en lecture ? On m'objectera que les éditeurs en question ne cherchent peut-être pas de manuscrits. En ce cas, il suffirait de le préciser sur leur site web, ce qui ne laisserait plus de place au doute. Quand on mesure le lot de travail, voire de souffrances, qu'il y a derrière un livre, cette attitude a quelque chose de glaçant, provenant qui plus est de l'un des principaux intervenants du monde littéraire : l'éditeur.
 Lorsque des réponses sont transmises, elles ont souvent en commun des phrases telles que : "Les conditions du marché nous obligent à prendre des décisions douloureuses", "L'état actuel de notre calendrier de production occasionnerait des délais de publication qui ne pourraient que nuire à votre démarche. Nous ne doutons pas que votre projet trouvera ailleurs preneur" ou « Nous en sommes venus à la conclusion que ces deux œuvres à l’inspiration « fortement » poussée et à l’écriture habilement maitrisée ne répondaient pas à la présente politique éditoriale de [X]."
            On comprendra aisément qu'il devient parfois difficile de persévérer dans un tel contexte.
            Certes, je compte terminer le livre en cours. Ensuite… on verra.

D'ici là... Deux romans (incluant une réédition) « devraient » voir le jour l’an prochain. Le cas échéant, j’en dévoilerai les détails ici dès que j'en saurai davantage.
Des textes brefs paraîtront dans divers périodiques, notamment dans des numéros spéciaux des revues Solaris et XYZ. J'invite aussi les lecteurs qui aiment les récits historiques à se procurer l'anthologie Dimension Antiquité, parue chez Rivière Blanche. On y trouve non seulement une nouvelle à laquelle j'ai consacré beaucoup de temps, "L'insula des louves ardentes", mais aussi des récits inédits d'Ariane Gélinas, Jean-Louis Trudel, Jean-Pierre Andrevon et plusieurs autres.
Je termine ce message en remerciant tous ceux (et celles) qui m’ont envoyé des mots d’encouragement et Ariane, si compréhensive et positive. À une époque où les ventes d’ouvrages littéraires ne cessent de baisser (soyons francs), ce genre de soutien constitue (pour moi, à tout le moins) un incitatif... nécessaire. Sinon, à quoi bon continuer ?
Profitez bien de l’été !

14 commentaires:

Pierre-Luc Lafrance a dit...

Je comprends pleinement ton état d'esprit. Puisque les ventes (et donc les revenus) ne sont pas (plus?) au rendez-vous, l'aspect humain devrait prédominer. Et en ce sens, je crois que l'aspect humain du travail d'éditeur est effectivement une lacune dans ce milieu. Après tout, les écrivains sont d'abord des individus. Des gens qui se sont investis dans leur projet. La moindre des choses est d'accuser réception du manuscrit et d'envoyer un mot en cas de refus.

Frédérick a dit...

Merci pour ce commentaire, Pierre-Luc. Tout cela porte à réflexion, en tout cas !

Dans un ordre d'idées semblable, j'ai été étonné, voilà quelques semaines, de voir un auteur du calibre de Serge Brussolo publier sur son site d'auteur l'annonce d'une "sortie de route", selon ses propres termes. Le texte - retiré de son site depuis - évoquait "des changements importants [...] à l'horizon 2015".

Brussolo écrivait notamment : "En effet, lassé du formatage et des caprices de l'édition commerciale, j'ai décidé de devenir mon propre éditeur, ce qui me permettra enfin d'écrire ce qui me fait envie sans avoir à subir la tyrannie des études de marché et le rouleau compresseur des modes éphémères.
Cela me fournira surtout l'occasion de terminer des séries inachevées ou de renouer avec la science-fiction, genre qui fait grimacer les éditeurs car il ne touche, en France, qu'un public réduit... et donc ne rapporte pas grand-chose.
[...]
Ma démarche surprendra certains, mais je ne fais en cela que rejoindre d'autres auteurs professionnels qui, comme moi, ne supportent plus les contraintes du marché de l'édition."

Isabelle Lauzon a dit...

Heureusement, il y a encore des maisons d'édition (oserais-je dire : professionnelles)qui envoient des accusés de réception ET des réponses pour le verdict final.

Mais oui, il y en a plusieurs qui ne prennent même pas la peine de donner signe de vie. À mes yeux, c'est une forme de manque de respect envers le travail des auteurs. Et manque de respect = bien moins d'intérêt à travailler avec eux.

D'accord, je veux bien croire que certains sont débordés par l'afflux des manuscrits, mais ce n'est pas une excuse valable. Même une lettre formatée vaut mieux que rien du tout. C'est une question de professionnalisme et de respect, point à la ligne!

Frédérick a dit...

Merci pour cette réflexion, Isabelle, et souhaitons que cela ne devienne pas une tendance lourde du milieu, en tout cas.

Isabelle Lauzon a dit...

Je croise les doigts! Et à chaque occasion possible, je souligne aux maisons d'édition concernées que j'apprécie leurs retours, réponses et accusés de réception.

Anecdote : une éditrice (d'une jeune maison d'édition jeunesse) m'a écrit suite à un remerciement de ma part (elle venait de refuser par courriel un de mes manuscrits et je lui disais merci pour sa réponse).

Elle était contente que je la remercie, car elle sentait que les gens étaient très frustrés de se faire dire non et que personne ne semblait apprécier qu'elle prenne le temps de leur répondre, même si elle était très occupée. Elle s'interrogeait même sur la pertinence de poursuivre ce genre de démarche, vu que les gens ne semblaient pas apprécier ses efforts et que plein d'autres maisons d'édition ne se donnaient plus cette peine.

Ça l'a encouragée de voir que certains auteurs étaient contents même si la réponse était non. Qu'il y avait moyen d'avoir de bonnes relations quand même et d'être professionnels des deux bords.

J'ai bien aimé voir cet autre côté de la médaille; on ne peut peut-être pas changer le monde, mais faisons notre part en tant qu'auteurs, sachons apprécier les éditeurs professionnels et qui font des efforts. Parce que, semble-t-il, eux aussi vivent parfois de la démotivation face à certains comportements des auteurs! :)

Frédérick a dit...

Comme toi, je remercie souvent les éditeurs qui prennent le temps de m'envoyer une lettre personnalisée. Il est clair que ce genre de démarche exige du temps de la part de ceux qui l'effectuent et que rien ne les oblige à l'accomplir.

Une autre preuve tendant à prouver que les bons coups méritent d'être soulignés... et encouragés !

Gen a dit...

C'est agréable d'avoir des nouvelles de tes projets, Frédéric! :)

Et pour ce qui est de l'aspect "humain" des éditeurs... ouais, en effet, disons que c'est une lacune. Grave.

Comme Isabelle (et toi), je prends toujours la peine de remercier les éditeurs qui envoient accusés de réception, lettres informant de délais de lecture et verdict finaux.

Disons que ça n'occupe pas la majeure partie de mes journées!

Frédérick a dit...

J'adore la dernière phrase de ton commentaire. N'y manque que ton célèbre rire !

Merci d'être venue faire ton tour.

MEDUSA FANZINE a dit...

Merci beaucoup Frédérick pour ces quelques lignes sur Médusa et qu'ajouter sinon que je suis encore très heureux que tu sois du 26 !

Frédérick a dit...

Et je suis heureux d'y être !

David Didelot a dit...

Merci à toi Frederick pour ton billet sur "GORE - Dissection d'une Collection" : ça fait très plaisir de savoir que tu rejoins la petite équipe de "Vidéotopsie" pour son numéro 15 !

Frédérick a dit...

Merci à toi d'accueillir mes chroniques. Didier et toi, vous me permettez d'atténuer l'un de mes regrets : de ne pas avoir produit plus de textes pour Cine Zine Zone à l'époque où Pierre Charles était encore vivant. Ce regain du fanzinat papier est inespéré.

Laperriere a dit...

Enwoueille, plug le Bleu nuit, on le sait tous que tu y as participé...

Frédérick a dit...

Je présenterai le livre avec plaisir dès qu'il sera disponible en librairie et que j'en aurai un exemplaire sous la main.

En attendant, ceux que le projet intrigue pourront lire cet article qui présente le livre à paraître :

http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/television-et-radio/201401/23/01-4731859-bleu-nuit-mis-a-nu-dans-un-livre.php