09 novembre 2010

À la découverte des régions inexplorées du Québec

- Billet écrit en collaboration avec Ariane

Toujours en quête de lieux inédits et de sensations inusitées, nous vous proposons ce mois-ci une visite guidée de l'arrière-pays québécois, mauricien qui plus est, à la découverte d'un village pittoresque et peu connu : Parent.

En effet, cette fin de semaine, nous avons quitté Trois-Rivières pour prendre le train à Shawinigan, en direction de ce petit village isolé en Haute-Mauricie, à mi-chemin entre La Tuque et Senneterre, en Abitibi. Il est intéressant de savoir que le village a été fondé à l'époque de la construction du chemin de fer national transcontinental, débutée en 1908, pendant le développement de l'Abitibi-Témiscamingue. Le premier train desservit Parent en 1913, puisque le village devint pour un temps un terminal (point d'arrêt) important.

Puisque avec nous, les fantômes ne sont jamais loin, cédons-leur la place avant qu'ils ne se fassent trop insistants. Selon une légende, plusieurs travailleurs sont apparemment morts pendant la construction de la voie ferrée, des plus pénibles. Pour ajouter au décorum, des cadavres d'ouvriers auraient même servi ici et là de ballast aux rails! Sur l'image, nous pouvons d'ailleurs repérer, non pas les victimes, mais plutôt les différentes lignes de chemin de fer encore accessibles aux passagers (dans notre cas, nous avons emprunté le trajet en gris).

À l'époque de la fondation de Parent, en 1910, le train desservait donc les différents hameaux établis tout au long des quelques centaines de kilomètres de rails. Aujourd'hui, la plupart de ces villages ont été reconvertis en chalets pour vacanciers, à quelques exceptions près : Wendigo, Weymontache, Clova et... Parent. Mais la carte porte encore des traces de l'existence de ces anciennes agglomérations, comme nous pouvons le voir ici :

Nous avons donc pris le train le vendredi pour un voyage de près de six heures. Il pleuvait lors du départ à Shawinigan, comme le montre ce cliché de la gare :
En chemin, Ariane, en bonne diablesse, ne peut résister à la tentation de prendre des photos du paysage, qui donne l'impression de se balader en pleine forêt ou au bord d'un lac. Par moments, nous avons également l'illusion, tant les arbres et les rochers sont à proximité, qu'ils vont nous percuter à travers les fenêtres. Quelques images éparses du trajet :
(remarquez l'apparition de la neige, à mesure que nous nous retrouvons plus au Nord)
Ici, l'isolement est presque complet... Difficile d'imaginer l'existence de tous ces habitants, au milieu de nulle part, au début du siècle dernier...

Correction de dissertations à bord... Pendant ce temps, Ariane corrige une nouvelle sur le Wendigo.
Nous arrivons finalement à Parent, dont les rues sont recouvertes de plusieurs centimètres de neige, à notre étonnement. Nous ne sommes après tout que le 5 novembre et avons pris le train sous l'averse...
La preuve (traces de pas suspectes découvertes en arrivant, qui conduisaient à l'antre d'un Wendigo) :
Trop effrayés par le Wendigo, nous rebroussons chemin, direction l'Hôtel Central, où nous avons choisi de dormir pour la fin de semaine, dormir relevant ici de l'utopie, compte tenu des murs - réellement - en carton. Mais Ariane, qui aime la science-fiction, est heureuse de la présence d'une utopie au village. En outre, l'endroit a un certain charme, que ce soit grâce à son motel ou à son bar attitré, dont nous ne pouvons nous empêcher de tirer quelques images sous la thématique de l'orignal :

Ici, la connexion Internet est hasardeuse, d'une lenteur considérable. Soulignons pour l'anecdote que l'ensemble de la population n'a eu accès au signal de télévision qu'en... 1973.
Sur l'affiche : un concours de panaches !

Le lendemain, nous partons à la découverte des méandres de Parent, qui fêtait ses cent ans de fondation cette année.
L'ancienne quincaillerie de la ville... Comme nous l'apprendra notre visite, le village a déjà connu des temps plus prospères... Aujourd'hui, il ne reste en guise de commerces que deux stations services, une épicerie, des dépanneurs et différents lieux d'hébergement, avec leurs restaurants respectifs.

La caserne de pompiers... Essentielle, encore plus lorsque l'on sait que cette année, des incendies ont fait rage dans le secteur.

Des maisons centenaires, dont celle-ci, propriété de Napoléon Dupont (impossible d'ignorer le nom du propriétaire).

D'intrépides grizzlis cheminent le long de la façade rose de cette maison.

En chemin, outre les nombreuses maisons à vendre, nous croisons plusieurs demeures à l'abandon, aux vitres souvent cassées, laissées telles des ruines offertes aux assauts du temps... Sur la rue Principale, l'impression d'avancer dans une ville fantôme devient parfois persistante.

Quelques exemples :


La rivière... Les effets du froid, vraiment mordant, se font sentir après plus de deux heures de promenade... Regagnons sagement le motel placé sous la protection de l'orignal totémique.
Le lendemain matin, le retour approche, nous regagnons finalement la gare de Parent. Le Wendigo a encore sévi cette nuit :
Attente près des rails...

Arrivée du train et retour vers Trois-Rivières

Le voyage aura permis de découvrir une région méconnue du Québec, dont l'isolement permet aussi d'échapper au rythme urbain qui est habituellement le nôtre.

En espérant que la promenade et ses images vous ont été agréables et vous ont permis de voyager dans les rues prématurément enneigées de Parent !

9 commentaires:

Daniel a dit...

Vraiment intéressant tout ça. Merci.

É. a dit...

En vlà une idée chouette !

manouche a dit...

merci pour le voyage,la caserne des pompiers est superbe!

Frédérick a dit...

Merci à tous pour ces commentaires encourageants. En effet, le voyage donnait souvent l'impression d'utiliser une machine à explorer le temps et de découvrir, encore vivants, un Québec aujourd'hui révolu.

François Bélisle a dit...

Beau billet!

Ève-Marie a dit...

Wow! J'ai adoré lire ce billet. Les photos sont superbes, comme d'habitude. J'adore celle avec les sapins en avant-plan. J'espère que vous ferez d'autres voyages de la sorte pour vous lire encore et encore.

Frédérick a dit...

Merci pour ces bons mots ! Bien agréable de savoir que ce petit reportage fut intéressant à lire et à voir !

Pierre Cantin a dit...

Texte des plus intéressants.

Pour compléter votre «vision » de la Haute-Mauricie, vous pourriez consulter ce carnet SANMAUR.

http://sanmaur-mauricie-cantin.blogspot.com/

L'histoire de ces patelins de «compagnie», véritables petites républiques autonomes, aurait écrit Jacques Ferron, reste à faire.

Salutations cordiales.


Pierre Cantin, résidant de Sanmaur (1947-1953)

P. S. Vous allez y retrouver le petit abri de béton que vous avez pris en photo en y passant.

Frédérick a dit...

Merci pour votre mot et pour le lien, que je suis allé visiter. Ces lieux chargés d'histoire sont souvent assez émouvants, et les photos qu'on trouve sur le blogue sont éloquents. De quoi inspirer beaucoup de récits...

Ariane a d'ailleurs écrit un texte (à découvrir !) dont l'action se déroule en partie à Parent : "Le Lac du Fou", dans un numéro récent de la revue Alibis...

Cordialement, et merci,

Frédérick